4 juni 2008

BHV s’explique - BIS. (Brigant)

Suite de l'article précédent: BHV S'explique.
Pourquoi scinder BHV et la non-nomination de bourgmestres Francophones en Flandre.


Pourquoi doit-on scinder BHV et ne pas unifier la circonscription électorale de Bruxelles Halle Vilvoorde avec celle de Louvain pour créer la circonscription électorale du Brabant Flamand (niveau provincale)?

L'argumentation que j'utilise est le suivent: C'est le même problème avec l'arrondissement judiciaire de BHV.

La Belgique est divisée en territoires linguistiques qui règle dans quel langue la communication ce fait (ou est possible) avec et depuis l'administration public. En Khaki-Vert la langue à utiliser est le Néerlandais, en Rouge c'est le Français, en Blue l'Allemand et dans la Région de Bruxelles Capitale qui est en khaki & rouge les langues officieles sont le Néerlandais et le Français. En plus il y a des communes à facilités linguistiques, en Flandre ou des Francophones peuvent communicer en Français avec l'administration communale, en Wallonnie pour les Néerlandophones et le Germanophones, sur le territoire Germanophone pour les Francophones.

La circonscription électorale et l'arrondissement judiciaire de BHV se situent donc dans un contexte spécifique: une zone bilingue 'Bruxelles' et une zone unilingue Néerlandais 'Halle Vilvoorde'.



Comme j'ai dit le problème secondaire de la circonscription électorale de BHV et la même que celle de l'arrondissement judiciaire de BHV. L'arrondissement judiciare de BHV propage le bilinguisme spécifique de la Région de Bruxelles Capitale dans la Flandre administrée de façon unilingue en Néerlandais, ce qui contredit la constitution belge. C'est la cas aussi pour les élections, car pour pouvoir être élu il faut qu'un parti politique dépose une liste électorale et dois donc communiquer de façon officielle avec l'administration public qui est reglementée par la division en territores linguistique.

La circonscription électorale de BHV donne la possibilité aux partis Francophones de déposer une liste électorale en Français depuis la Région de Bruxelles Capitale...ce qui est légale pour la Région de Bruxelles Capitale car elle se situe sur un territoire linguistique bilingue mais illégale sur le territoire Flamand, donc Halle Vilvoorde, car elle se situe en territoire linguistique unilingue Néerlandais.

Comme il faut scinder l'arrondissement judiciaire de BHV, il faut aussi scinder la circonscription électorale de BHV et c'est pourquoi que l'on ne peut pas 'simplement' unifier BHV avec Louvain pour créer la circonscription du Brabant Flamand. A cause de la division en territoires linguistique il faut scinder BHV que l'on puisse unifier Halle Vilvoorde avec Louvain pour créer la circonscription du Brabant Flamand. Même si l'on retournes aux anciennes circonscriptions le problème continue a se poser dans BHV. C'est le résultat de la particularité de la Région de Bruxelles Capitale qui se situe géographiquement en Flandre dans la province du Brabant Flamand mais elle n'en fait pas partie car sont territoire a été retiré avec une loi spéciale pour former la Région Capitale.

De plus la Région de Bruxelles Capitale n'est pas une Région apart entière, elle n'est pas sur le même niveau que la Région de Flandre ou de Wallonnie. Elle n'a pas de communauté apart car elle est partagée entre la Communautée Flamande et Française. Elle n'a que des pouvoir législatives d'ordonnances et non des décrets commes les autres Régions, bien qu'ils on presque le même pouvoir législative. Son territoire n'est pas basé sur un territoire provincial comme les autres Régions (Flandre & Wallonnie) qui on leur base territoriale sur les Provinces belges.

La non-nomination de trois bourgmestres Francophones dans la péripherie (Flamande) de Bruxelles.

En Belgique les bourgmestres sont nominés et non élu par de manière directe par l'électorat. C'est le conseil de commune qui nomme le bourgmestre et c'est la Région de tutelle qui valide (ou pas) la nomination du bourgmestre. Dans trois communes Flamandes - donc sous tutelle de la Région de Flandre - des bourgmestres proposés n'ont pas été nominé par la Région Flamande car ils ont enfreint les lois linguistiques. Les bourgmestres des communes (Flamandes) à facilités (pour les Francophones) de Linkebeek, Kraainem et Wezembeek-Oppem non pas été nominé.
Le bourgmestre Francophone de Sint Genesius Rode par contre...a été nominé car elle a fait un mea culpa et car les autres bourgmestres sont allé trops loins en utilisant le Français comme langue officielle dans les débats du conseil communal. Ils avaient aussi envoyé des convocations électoraux en Français et non en Néerlandais comme dicte la Circulaire Peeters.

La Circulaire Peeters est uniquement utilisée par la Région de Flandre, elle dicte comment l'on doit mettre les lois (féderales) linguistiques en pratique sur le territoire Flamand - elle ne change pas les lois féderales. Le Conseil de l'Etat - tribunal administratif - n'a pas invalidé la Circulaire Peeters...delors elle doît être appliqué comme dans tous états de droit. Ce que les Francophones n'en parlent pas c'est qu'ils n'appliquent pas de manière correcte les lois linguistique eux mêmes dans la Région de Bruxelles Capitale (personnel public bilingues? pas vraiment) et dans les communes (Wallonnes) à facilités (pour les Néerlandophones).

Labels: , , , , , , , , , ,

7 Comments:

At 5/6/08 12:21, Anonymous Anoniem said...

Il y a toujours eu des gens parlant le français en flandre.
Des flamands d'expression française, et pas que dans la noblesse.

Depuis 1970, on essaye de faire croire qu'en Flandre on n'a jamais parlé que le flamand, ceci en interdisant l'usage de la langue française.

 
At 5/6/08 13:06, Blogger Brigant said...

Deze reactie is verwijderd door de auteur.

 
At 5/6/08 13:25, Blogger Brigant said...

Vous pensez qu'en France on n'a jamais parlé que du Français? (Flamands dans le Nord/Pas de Calais). A Bruxelles et en Wallonnie?

Faudrait aussi voire l'évolution historique de l'utilisation de langues: de lingua Franca elitaire & academique (Latin - Français - Anglais) contre langue de la population (Vox populi) depuis le moyen age jusque aujourd'hui.

Le Français en Flandre y a mis les pieds car nous sommes sur la frontière linguistique (le compté de Flandre faisant partie du Royaume de France et le Duché du Brabant faisant partie du Saint Empire) et c'était la lingua Franca et la langue académique & élitaire (nécessaire pour grimper dans les strata sociales) depuis un long temps dans la région. Puis il y a eu le système de franchisation dans le contexte Belge.

De la venir dire (de façon indirecte) que la Flandre devrait être bilingue (ou qu'elle ne respecte pas des 'indigènes' qui utilisent une autre langue) est assez grossière quand s'était bien les Francophones (belges) qui ne voulaient pas d'une Flandre bilingue mais unilingue (1921 - Wallonnie unilingue, Bruxelles bilingue). De plus c'est assez grossière car l'on a essayé de franchiser le tout de la Flandre contemporaine, pourquoi pensez vous qu'on a tout l'histoire communautaire, un conflict ethnique sur le niveau culturel-linguistique et les réformes de l'état?!

Des flamands d'expression française savent toujours s'exprimer en français dans le privé (liberté linguistique), avec l'administration ils doivent s'exprimer en Néerlandais comme tout le monde en Flandre (c'est le système belge - sauf dans les communes à facilités) mais la plusparts de ces 'Francophones flamands' sont bilingue et savent se débrouiller.

Les Francophones dans la périphérie ne sont pas tous des 'Francophones Flamands'. Oui, y en a qui ont des ancêtres flamands (comme y en a en Wallonnie) qui se sont franchisé (victime du système ou intégration volontaire) c'est leur choix et ce n'est pas notre faute. Ils n'ont qu'a devenir bilingue pour réclamer leur position comme citoyen 'Flamand'.

 
At 5/7/08 11:43, Anonymous Anoniem said...

"Sire,la Belgique sera francophone ou ne sera point."

Cette phrase énoncée à notre premier roi choisi parmi les teutons parlant anglais est à nouveau de pleine actualité.

Alors... Bye,bye Flanders

 
At 23/10/08 16:26, Anonymous Anoniem said...

Laten we dan samen ons Volslied zingen :

Chantons donc ensemble notre Hymne National :

ALLONS ENFANTS DE LA PATRIIE...!

Yves LETERME Yves

 
At 22/1/09 06:57, Anonymous Anoniem said...

La conception du respect des personnes semble échapper à la plupart des politiciens flamands.

Cette conception fondamentale est perçue très différemment selon que l'on se trouve au nord ou au sud du pays.

Elle prime cependant sur toute autre prérogative politique.

Ce n'est pas un hasard si les Droits de l'Homme ont trouvé leurs fondements en France.

Je crois en la Région de Bruxelles-Capitale à part entière. Et en sa ville, Bruxelles, où les Francophones sont majoritaires et continuent, malgré l'attitude ultra de certains Flamands, à respecter les néerlandophones et toutes les personnes ne parlant pas le français.

Inflandersfields.eu devrait se concentrer essentiellement sur la propagation d'un message de tolérance, selon son nom qui représente un nombre effrayant d'hommes de plusieurs pays et continents qui ont perdu la vie ici en contribuant au rétablissement du respect de la démocratie dans notre pays.

Inflandersfields.eu pourrait se concentrer plus particulièrement sur l'éducation des plus jeunes en âge d'école afin de leur inculquer les notions de respect et de civisme nécessaires à la bonne entente des peuples. Et ainsi travailler pour l'avenir!

 
At 22/5/09 22:25, Anonymous Anoniem said...

Il faut d'abord apprendre à écrire en français avant de faire le pseudo modéré aux relans d'extrémisme flamand. L'administration doit s'adapter à la réalité et pas l'inverse...
Concevoir notre pays d'une autre façon est nier sa réalité.

 

Een reactie posten

<< Home

<<Oudere berichten     Nieuwere berichten>>